intériorité

Pour un autre rapport avec notre intériorité

Psycho

22 février 2021

L’intériorité c’est cet espace au-dedans de nous, ce lieu intime que nous pouvons apprendre à observer et à nourrir pour nous y ressourcer. Comment ? En adoptant une forme particulière d’introspection, comme on cultiverait son jardin personnel.

L’illusion de l’introspection

L’introspection, du latin introspicere « regarder dans, à l’intérieur de, examiner mentalement », est l’observation des faits internes, par opposition aux faits externes, qui se déroulent en dehors de nous. En philosophie, c’est la conscience qui se pense du point de vue du « je » : je me sens triste, je ressens de la joie, etc. Pour la psychologie, c’est une méthode qui permet de mieux se connaître par l’auto-observation et l’auto-analyse.

Cette approche a suscité de nombreuses critiques, notamment par le courant cognitiviste qui s’est développé à partir des années 1950 aux États-Unis et au Royaume-Uni. La psychologie cognitive met en doute la capacité de l’être humain à être à la fois observateur et observé. Elle ne pense pas que l’introspection soit une voie d’accès particulièrement fiable pour explorer le mental. C’est la thèse défendue par Rolf Dobelli dans son livre Mieux savoir bien vivre qu’il appelle “L’illusion de l’introspection”

L’illusion de l’introspection, c’est la croyance selon laquelle un examen purement mental de nous-même suffirait à mettre au jour nos vraies inclinations, nos objectifs ultimes, le sens de notre vie. Or l’introspection n’est rien d’autre qu’un « entretien d’embauche » avec nous-même : le résultat est très aléatoire ! Plutôt que de fonder notre analyse sur une impression et sur les émotions du moment, mieux vaut examiner notre passé, comme on le ferait avec le CV d’un candidat. Quels sont les faits qui jalonnent ma vie ? Quelles sont les expériences que j’ai faites ? Quelles sont les constantes, les « fils rouges » ?

Pour mieux comprendre cette illusion à l’aide d’un exercice pratique, remplis le formulaire et reçois mon exercice à télécharger :

 

Une introspection distancée

Il ne s’agit pas de bannir l’introspection, mais de la moduler pour adopter un rapport plus distancé, plus sceptique, plus ludique, aussi avec elle. Autrement dit : ne pas prendre nos émotions et nos ressentis au pied de la lettre.

Une façon d’y arriver c’est de traiter nos émotions comme si elles ne nous appartenaient pas, un peu comme une grande plage de sable blanc qui accueille toutes les vagues. Certaines vagues sont petites et nous donnent envie de nous baigner, d’autres sont menaçantes et nous impressionnent, mais elles finissent toutes par se briser et s’échouer sur la plage. Dans cette métaphore, les vagues symbolisent nos pensées et nos émotions tandis que la plage est une représentation de nous-même. De même que la plage résiste aux vagues, nos émotions n’ont pas le pouvoir de nous détruire.

Ces émotions ne nous « possèdent » pas et nous n’en sommes pas non plus le possesseur. Certaines ne sont pas franchement les bienvenues, pourtant elles ne doivent pas nous déranger plus que cela – tout comme les vagues se brisent sur la plage.

D’ailleurs, nous en avons tous fait l’expérience : chercher à réprimer ses émotions négatives par la force de la volonté ne réussit qu’à les renforcer. Prendre de la hauteur par rapport à elles, par contre, nous permet d’atteindre une certaine tranquillité d’esprit. Laissons donc voguer nos sentiments: de toute façon, ils vont et viennent à leur guise.

L’intériorité transformante

À condition de cultiver une saine distance vis-à-vis de notre intériorité, nous pouvons développer une meilleure compréhension de nous-mêmes et de nos mécanismes, ce que Thomas d’Ansembourg nomme l’intériorité transformante.

Voici 3 clés pratiques pour s’ouvrir à l’intériorité transformante : 

  • Pratiquer la méditation : la méditation reste le plus sûr moyen de se reconnecter à nous-mêmes, de nourrir notre réflexion, de nous ouvrir à la bienveillance.

Petit conseil si tu débutes : assieds-toi pendant deux minutes seulement. Cela te semblera ridiculement facile de méditer pendant deux minutes. C’est parfait ! Commence avec seulement deux minutes par jour pendant une semaine. Si ça marche, augmente de deux minutes supplémentaires pendant une autre semaine. Si tout se passe bien, augmente chaque semaine ta pratique de 2 minutes. Le deuxième mois, tu seras à 10 minutes par jour ! Mais commence petit.

  • Changer son rapport au temps : au lieu de courir, mieux vaut apprendre à connaître et à respecter son rythme. Ralentir et faire du temps un allié plutôt qu’un ennemi, cela peut s’apprendre, comme n’importe quoi d’autre, à partir du moment où on le décide.

  • S’initier à la recherche de sens : chercher et comprendre son « Pourquoi », les motivations profondes qui nous poussent à agir. Plus nous serons aligné.e.s avec nos « raisons de vivre », plus nous trouverons de la joie dans notre quotidien.

L’intériorité bien comprise permet de se pacifier soi-même mais aussi de pacifier son entourage. Elle permet de remettre en question nos automatismes et de revisiter nos système de pensée. Elle nourrit notre immunité et nous donne de la force pour affronter les défis du quotidien.

Besoin d'un coup de pouce pour retrouver ton envie de bouger ? Tu trouveras dans ce “Booster” de motivation 2 gestes à réaliser quotidiennement pour une motivation au top.
Pour t’aider à les mettre en pratique sans prise de tête, j’ai prévu :

  • 3 fiches explicatives à télécharger au format PDF pour avoir ton matériel sous la main
  • 1 fiche Bonus (parce que tu le vaux bien)
  • 7 courriels motivationnels que tu recevras au fil des 21 jours pour tenir le cap et braver la tempête !

Lance-toi et achète dès maintenant ton booster de motivation : il n’y a pas de meilleur moment pour amorcer ton premier pas vers le changement !

Barbara Reibel

Coach Happiness, Auteure et Blogueuse
Fondatrice du site Happiness Factory et du blog En 1 mot

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

[…] courage c’est cette qualité morale dont une personne fait preuve face à l’adversité : un danger, une souffrance, une épreuve. […]

[…] Développer la qualité de notre vie intérieure […]

[…] L’écoute active se caractérise par la manifestation d’un respect et d’une confiance chaleureuse envers la personne qui parle, pour qu’elle brise ses défenses et s’exprime librement. […]

[…] ne doit pas nous faire dérailler. On voit le cadeau dans l’interruption et on ressent de la gratitude d’avoir cette personne dans notre […]