Les questions puissantes en coaching

Les questions puissantes en coaching

Coaching

19 octobre 2020

En coaching, le questionnement est socratique. Les questions puissantes sont des questions orientées pour placer la personne coachée dans une nouvelle perspective et l’aider à examiner la validité de ses pensées.

C’est l’histoire d’un mec – ou d’une nana

Comme aurait dit Coluche, c’est l’histoire d’un mec qui a perdu ses clés tout à fait ailleurs mais les cherche sous un lampadaire parce que c’est le seul endroit éclairé de la rue. Cette situation comico-absurde n’est pas étrangère à celle que je retrouve en coaching. La personne que je coache cherche ses clés là où elles ne sont pas – sinon elle les aurait trouvées depuis longtemps.

Le piège classique – et humain –pour une coach consiste à chercher des solutions à la problématique de sa coachée en pensant trouver un angle original ou différent. Cette démarche est illusoire et maladroite : la cliente est une experte dans son domaine et a généralement déjà envisagé le problème sous tous ses angles. Si elle n’a pas – encore – trouvé de solutions, c’est parce qu’elle cherche au mauvais endroit, et non parce qu’il lui manquerait des connaissances ou des compétences.

coaching séance

Sortir du cadre

Ma mission consiste donc à aider mes clientes à regarder au bon endroit et à sortir du cadre, à penser « en dehors de la boîte » (Out of the box thinking). Je vais, par mon questionnement et par mes outils, l’amener à modifier son cadre de référence, l’inviter à réfléchir autrement.

 

Pour rappel : la cliente qui consulte se trouve dans une impasse. Elle identifie généralement très bien son problème mais ne trouve pas de solution viable. La spécificité du travail de coaching n’est pas d’épouser son problème mais de l’aider à reconsidérer la façon dont il est posé.

 

C’est en me détachant de la dimension technique du problème – le « comment » – pour me concentrer sur la question du sens – le « pour quoi » – que je parviens à faire émerger une nouvelle approche pour la coachée. C’est en remettant en question son cadre de référence que je permets à ma coachée d’envisager son environnement sous une forme originale, porteuse de solutions. C’est ici que les questions puissantes interviennent.

questions coaching

Les questions puissantes

 

Explorons 3 questions-types pour mieux en comprendre l’intérêt en séance de coaching.

 

1. La projection sur l’état désiré

Je recours presque systématiquement à ce type de questions, notamment lorsque je perçois un enlisement et/ou un découragement important qui se manifeste pas des affirmations comme : « je ne sais plus quoi faire », « je me sens perdue ».

Ces questions projettent la cliente dans le résultat final qu’elle souhaite et que l‘on appelle en coaching l’état désiré. Elle permet d’élargir la perspective de la coachée, de la sortir des obstacles et des empêchements pour l’amener à visualiser la ligne d’arrivée. Les athlètes recourent à des techniques similaires pour anticiper la victoire.

Bien visualiser l’état désiré permet aussi de mettre des mots et un ressenti sur ce que l’on souhaite obtenir, par opposition à ce que l’on souhaite voir cesser, et qui est bien souvent la première chose exprimée en séance de coaching. L’état désiré est un aimant qui utilise la Loi d’attraction en faisant émerger l’intention réelle de la coachée, son aspiration ultime.

Les questions que je pose s’adaptent à la situation et tournent autour de :

  • « Si cette situation (cet obstacle, ce problème, …) disparaissait subitement, quel est le projet que vous avez vraiment envie de construire ? »
  • « Imaginons que votre problème soit résolu. Comment vous sentez-vous ? »
  • « Si vous osez rêver à voix haute, que dites-vous ? »
  • « Quand tout sera résolu, où en serez-vous ? »

Selon les cas, j’utilise également des exercices de PNL (programmation Neuro-Linguistique) pour mobiliser le corps en même temps que le mental.

 

2. L’inventaire des ressources

Certaines coachées se sentent démunies et ressentent de l’impuissance : « je n’ai jamais fait ça avant », « je ne me sens pas qualifiée », « je me sens seule face à ce problème ».

Mes questions l’aident à réaliser qu’elle possède plus de ressources qu’elle ne le croit. Pour lui faire prendre conscience des apprentissages issus d’une expérience négative et des ressources qu’elle a mobilisées à cette occasion, j’utilise notamment les deux questions suivantes :

  • « Avez-vous déjà fait face à des situations équivalentes dans le passé ? »
  • PUIS « Comment avez-vous fait pour réussir ? »

Parfois, lorsque l’expérience vécue est trop douloureuse pour la coachée, je l’amène à se recentrer sur ses capacités en passant par les ressources que d’autres lui reconnaissent :

  • « Quelles sont les cinq qualités principales que votre entourage vous reconnaît ? »
  • PUIS « Comment pourriez-vous les mettre au service de cette situation ? »

3. La hiérarchisation

Lorsque la cliente est confuse et « ne sait plus par quel bout commencer », je l’aide à faire de l’ordre dans ses idées en l’amenant à une hiérarchisation.

  • « En commençant par ce qui vous plaît le plus aujourd’hui, quelle serait votre priorité ? »

Pour éviter de tomber dans un schéma psychorigide, trop rationnel, je fais souvent appel à une carte heuristique (mind mapping). De cette façon, la cliente n’a pas à se soucier de la chronologie, elle peut ajouter ses axes au fur et à mesure de sa réflexion, et établir ses priorités ultérieurement.

 

Comprendre une question est une demi-réponse.

Socrate

Les questions puissantes en coaching : pas plus d’une à la fois !

Il faut éviter de poser plusieurs questions puissantes dans la même séance de coaching. En principe, une question puissante provoque une réaction émotionnelle suffisante pour faire avancer la coachée.

Ensuite, marquer un temps de silence permet de laisser « infuser » la question. Elle laisse l’espace nécessaire à l’émergence des réponses pertinentes pour que la cliente puisse déployer tout son potentiel.

 

Pour aller plus loin :  voir le livre de Alain Cardon, Comment devenir coach: Fondamentaux, outils et techniques, éd. Eyrolles 2008 

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

[…] positive mais moi je dirais que les parents ils ont une chose à faire, une seule : c’est de poser plus de questions, des questions ouvertes, pour ne pas être toujours à donner des réponses quand les enfants disent : « pourquoi tel […]

[…] Les questions ouvertes sont des questions auxquelles on ne peut pas répondre simplement par « oui » ou par « non ». Ce sont des questions qui invitent au dialogue et favorisent l’exploration. […]