Reconversion professionnelle : quand l’âme frappe à la porte

Travail, Coaching

21 avril 2020

Tu as envie de préparer ta reconversion professionnelle, de changer de job, d’avoir un travail en adéquation avec tes valeurs ? Le confinement peut devenir ton accélérateur personnel de changement !

Avec le confinement, le rythme de la vie ralentit 

Généralement, c’est un événement de la vie qui nous force à la reconversion professionnelle : un licenciement, une séparation, la maternité, une maladie grave, un proche qu’il faut prendre en charge, etc… En ce moment, un facteur de changement supplémentaire s’invite à cette liste et il s’appelle Covid-19 !

Le confinement et ce qu’il impose de télétravail ou de chômage forcé permet de ralentir le rythme et de se poser… les bonnes questions. Tout d’un coup, on a (un peu plus) le temps de réfléchir à sa vie et de se mettre en quête de sens. Et il n’y a pas que les « bullshit jobs » – les jobs alimentaires bêtes et répétitifs – qui nous donnent envie de tout plaquer : parfois, le travail est intéressant mais le rythme trop effréné, nous laissant exsangue en fin de semaine.

Quand ton âme frappe à la porte

J’ai coutume de dire que ce ras-le-bol qui nous saisit, cette envie de changer de job, d’explorer un autre univers, de se redéployer professionnellement, c’est un peu comme si « notre âme frappait à la porte ».

Cette réflexion autour de la reconversion professionnelle arrive souvent autour de la quarantaine, et ce n’est pas un hasard. D’abord, c’est le moment où l’on peut dresser un premier bilan : on a bâti une carrière ou accumulé une certaine expertise dans son métier, on a un compagnon ou on a eu une expérience de vie à deux, avec ou sans enfants, on a vécu des moments difficiles, des séparations, des deuils, on a un certain recul sur la vie, bref : on a mûri.

Ensuite, j’observe, tout particulièrement chez la maman dont les enfants grandissent, une prise de conscience aigüe de cette finitude, du fait que le temps est compté. Et une femme qui a passé du temps autour de la trilogie turbin-gamin-conjoint en remettant toujours à plus tard ses propres besoins ou envies, ressent un sentiment d’urgence, réalise qu’elle n’a plus toute la vie devant elle. Et que si elle veut faire enfin quelque chose qui lui plaît, c’est maintenant (et pas demain).

 

2 questions essentielles à te poser avant de changer de job

Si tu éprouves depuis un certain temps déjà du désamour pour ton job actuel, si tu réalises que tu as besoin de nourrir d’autres valeurs en toi, tu es sans doute mûr·e pour une reconversion professionnelle ! Pour mieux te préparer à ouvrir un nouveau chapitre de ta vie professionnelle après le confinement, je t’invite à te poser ces deux questions et à y répondre à ton rythme :

1) Est-ce que mon envie ou mon projet est bien ancré.e dans mon cœur (et non pas dans mon mental) ?

Pour le savoir, c’est très simple : pense à ton job de rêve et prends conscience des émotions qu’il évoque. Tu te sens bien, limite euphorique ? Tu frétilles d’impatience ? Tu as envie de commencer sur le champ ? Pas de doute, c’est bien ton cœur qui parle !

Si, au contraire, c’est « encéphalogramme plat », tu ressens de la confusion, des conflits internes, alors c’est ton mental qui est à la barre.

Profite de cette période où ta vie est entre parenthèses pour réévaluer tes priorités. Interroge-toi sur tes envies profondes. N’hésite pas à en parler autour de toi à des personnes bienveillantes. 

2) Quelles sont les valeurs que je cherche à nourrir avec un nouveau job ?

Qu’est-ce qui compte vraiment à tes yeux : aider les autres ? Être créatif.ve ? Avoir de la liberté ? Gagner beaucoup d’argent ? Être reconnu.e ? Prends tout le temps nécessaire pour bien explorer le « Pour Quoi ».

Cette quête donnera plus de solidité à ta détermination et te permettra de gagner en confiance, surtout auprès de ton entourage.

Car, vu de l’extérieur, du point de vue des proches notamment, ta reconversion va probablement paraître incongrue, irréfléchie, voire complètement utopique. Leurs réactions reflèteront leurs craintes et probablement les tiennes aussi car nos proches sont souvent le miroir de nos propres doutes : « ce n’est pas raisonnable ! Tu vas quitter un travail bien payé, intéressant, dans lequel tu as tel ou tel avantage pour … quoi ? Un job que tu ne connais pas ? Dans lequel tu n’as aucune expérience ? Tu risques de galérer ! Tu sais combien de personnes font la même chose que toi ? Tu n’arriveras pas à en vivre etc. »

 

Rester cloîtré.e chez soi, c’est propice à l’introspection, Et puis les bouleversements qu’a apporté l’épidémie dans les mentalités et les pratiques, peuvent être la petite claque dans le dos dont tu avais besoin pour te lancer et changer de vie.

Ou au moins, pour commencer à y réfléchir.

Bon cheminement !

Barbara_Coach_Happiness

Barbara Reibel

Coach Happiness, Auteure et Blogueuse

Fondatrice de The Happiness Factory

 

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Marie-Elise Chateau

Bravo Barbara, ce texte-là je l’ai lu avec attention jusqu’au bout et je pense que beaucoup s’y retrouveront. Ce n’est pas toujours le cas (que je lise tout tu sais comme c’est) l’accroche peut-être? le soin mis dans le texte on le ressent, tu y as mis ton Coeur, ton âme même. Le ton, moins “pète-sec” qui parfois moi me derange mais plait beaucoup à d’autres. La bienveillance du coach sûrement. Bravo.

[…] les nombreuses remises en cause dues au confinement, la vie professionnelle est probablement la plus concernée. Comment en effet accepter de reprendre un travail qui ne nous […]

[…] télétravail a été une découverte pour certaines ; le travail s’est accompli autrement, avec moins de […]

[…] nous souhaitions écrire un livre, relever de nouveaux défis professionnels, poursuivre un rêve trop longtemps mis de côté ou simplement insuffler un peu plus de passion […]