relation de couple

Profiter des fêtes pour réenchanter son couple

Couple, Société

16 décembre 2020

Une relation de couple, ça se nourrit. Si votre couple glisse peu à peu dans la routine et l’ennui, il est temps de tirer la sonnette d’alarme ! Profiter des fêtes de fin d’année pour chouchouter son couple – et pas seulement sa famille – est un beau cadeau à faire et à se faire !

 

L’amour est le grand enjeu de l’humanité et pourtant, il est terriblement malmené dans notre société où près d’un PACS et d’un mariage sur 2 finissent en divorce  [1]. Quand on veut bien encore s’épouser car le taux matrimonial est lui aussi en baisse constante. Que se passe-t-il ? Pourquoi le sentiment d’amour semble si peu durable ? Quel rôle joue la société dans cette désaffection ?

Contrairement à ce que veulent nous faire croire les médias et les contes de fées, la relation amoureuse au sein d’un couple n’est pas linéaire mais cyclique. La durabilité d’un couple, vivant ou non sous le même toit, hétérosexuel ou homosexuel, dépend donc de sa capacité à gérer les différentes saisons de l’amour : de l’Amour au Désamour au Ré-Amour..

 

La passion amoureuse et l’amour : saison printemps – été

 

Entrons donc dans le vif du sujet : comment définir l’Amour, ou la saison printemps-été de la relation amoureuse telle que la définit Gary Chapman [3] ? Pour éviter toute confusion, je voudrais d’emblée insister sur la différence qu’il y a entre aimer et être amoureux. Le sentiment amoureux, comme l’écrit si joliment Psychologies Magazine est un jeu de dupe.

Contrôlés par nos hormones, exaltés par la forte attraction qu’exerce l’autre sur nous, nous ne voyons de l’autre que ce que nous projetons sur lui : nous l’idéalisons. Pour reprendre l’image qu’utilise Denis Sonet : nous empruntons le téléphérique pour gravir allégrement la montagne et arriver au sommet de l’amour passion[4]. Or, à en croire Frédéric Beigbeder (et bien d’autres avant lui), l’amour dure trois ans. Ou peut-être moins. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’à prêter à l’autre les qualités qu’il n’a pas, on ne peut qu’être déçu.

Commence alors la phase que Denis Sonet appelle la désidéalisation ou la descente de la montagne en déchantant. Et là, il y a deux options : soit l’on reprend le téléphérique avec quelqu’un d’autre et l’on recommence le processus, soit on repart à l’assaut de la montagne, mais à pied cette fois-ci. C’est la phase d’adaptation. Et c’est à ce moment-là que l’amour, le vrai, entre en scène et peut commencer à émerger.

Sans entrer dans le cynisme de Sacha Guitry qui disait : « L’amour rend aveugle mais le mariage rend la vue », je crois que l’amour commence véritablement par la lucidité. On a enlevé nos lunettes roses et on voit l’autre tel qu’il est vraiment, avec ses limites et ses qualités. Entrer en amour c’est décider consciemment d’aimer son partenaire en sachant qu’il est imparfait, tout comme nous. C’est vouloir faire sa vie, ou en tout cas un bout de chemin, avec une personne que l’on va faire grandir et qui nous fera grandir. Cela demande beaucoup d’efforts, de volonté et de persévérance. Mais c’est là que l’on va véritablement « entrer en amour ».

La crise conjugale et le désamour : saison automne – hiver

 

Bien souvent, à la fin de la période d’amour passionnel, voire fusionnel, le couple entre en désamour : les conflits se multiplient, les défauts s’amplifient, les tensions deviennent plus fréquentes.[5] C’est la saison automne-hiver de la relation amoureuse et c’est la phase la plus délicate car elle se solde fréquemment par une séparation ou un divorce. N’étant plus amoureux comme aux premiers jours, le couple pense en effet que cela ne sert à rien de rester ensemble. On commence alors à parler de crise conjugale. Cette crise marque la fin d’un cycle, celui de la passion amoureuse.

Et il est souvent délicat pour les protagonistes de savoir s’il s’agit d’une difficulté momentanée ou de la fin du contrat amoureux[6]. Pour le savoir, la sagesse consiste à ne pas se précipiter. Reconstruire la relation exige de clarifier ses intentions mais aussi d’intensifier la communication dans le couple. C’est le moment de parler, de mettre à plat les problèmes et d’en discuter le plus calmement possible. C’est aussi le moment d’écouter, de tenter de comprendre le point de vue de l’autre pour ne pas tomber dans le reproche systématique. C’est enfin le moment de prendre soin de soi, de ses émotions, de sa spiritualité, de son corps et de nourrir son intériorité. Répondre à ses aspirations profondes est un moyen plus sûr de ressusciter le désir dans le couple que toutes les recommandations superficielles pour « pimenter la relation » [7]

Il arrive que la crise soit motivée par une relation extraconjugale, elle-même révélatrice d’un mal-être dans le couple. Or l’infidélité peut-être une chance pour le couple[8], celle de le faire évoluer vers une relation plus mature. Car Il y a un potentiel de croissance pour les deux partenaires lorsqu’ils choisissent de rester ensemble. La question de l’infidélité mérite d’ailleurs qu’on s’y attarde. Pour sortir de la connotation négative judéo-chrétienne, je lui préfère le terme de polyfidélité, employé par Paule Salomon dans Bienheureuse infidélité, ou celui de relation tierce utilisé par Jacques Salomé. « Dans notre inconscient collectif, la monogamie est posée comme une valeur absolue. Les désirs polygames sont donc condamnés au silence ou au mensonge. », dit Paule Salomon. Une personne polyfidèle serait quelqu’un qui ne s’engagerait pas sur un contrat d’exclusivité affective ou sexuelle. Ce qui pose bien sûr d’autres questions : quel serait le nouveau contrat ? Comment rester libre en menant une vie de couple ? etc.

Enfin, et pour conclure sur le désamour conjugal, il faut aussi parfois savoir reconnaître et accepter que l’amour est mort. Ou qu’il n’est plus partagé. Car comme le dit si bien Jacques Salomé[9], toute relation a deux bouts, le mien et celui de l’autre. Or je ne peux agir que sur mon bout à moi de la relation. Si l’autre ne nous aime plus, il faut savoir le laisser partir parce qu’on ne peut pas aimer pour l’autre.

 

Le plus difficile dans la vie d’un couple, c’est d’oser vivre pleinement à trois. Toi, moi et la relation qui nous relie et nous magnifie.

Jacques Salomé

La véritable aventure de la relation de couple : en revenir à l’amour

 

L’intérêt croissant de la société pour le couple se lit à travers le succès de séries télévisées telles que Un gars, une fille qui demeure l’émission de fiction la plus adaptée dans le monde (26 pays)[10]. Ce qui était à l’origine une comédie de situation québécoise diffusée à partir de 1997 sur Radio-Canada, a été incarnée en France par les mythiques Alexandra Lamy et Jean Dujardin. 485 épisodes ont été tournés entre 1999 et 2003 et rediffusés depuis. Cette série a passionné les foules et a réuni chaque soir plus de 5 millions de fidèles !

Au rayon libraire, c’est le désormais mythique Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus de John Gray, publié en 1992, qui a défrayé la chronique avec plus de 40 millions d’exemplaires vendus et un spectacle mis en scène depuis 2006 qui connaît, lui aussi, un grand succès.

Même l’église catholique[11] s’y met avec des « week-ends couples » intitulés « Amour et engagement : vivre en couple, ça s’apprend », ou encore l’association chrétienne Parcours Alpha qui propose des soirées Alpha couple[12] « pour les couples qui souhaitent construire durablement leur relation de couple ».

Ces quelques exemples, pris parmi les centaines de livres, films, séminaires, etc. traitant du couple indiquent un réinvestissement contemporain de la plus petite unité associative qui soit, véritable microcosme qui préfigure nos relations au monde.

Comme le dit Christiane Singer[13] : « Ce qui rend le mariage si lumineux et si cruellement thérapeutique, c’est qu’il est la seule relation qui mette véritablement au travail. Un homme et une femme sont réunis autour d’un projet, un projet fou, souvent voué à l’infortune, un défi quasi impossible à réaliser et impérieux à oser. »

Tony Robbins propose dans son livre L’éveil de la puissance intérieure de faire en sorte que la relation de couple soit la priorité de notre vie et de nous attacher chaque jour à la rendre meilleure. Pour cela, il faut toujours garder à l’esprit ce que l’on aime chez notre partenaire, ce qui nous séduit et nous rapproche de lui, plutôt que ce qui nous sépare et nous agace. Il dit aussi quelque chose de très juste, que tous les couples ont vécu à un moment ou l’autre de leur relation : il est plus important d’être en amour que d’avoir raison ! Cela évite les disputes stériles qui deviennent surtout des batailles d’égo. Il conseille aux couples d’adopter un moyen de briser le schéma dès que les choses s’enveniment.

Il ne faut jamais cesser d’aimer. Et tout comme nous pardonnons à nos enfants leurs bêtises quand ils sont petits et leurs insolences quand ils sont plus grands, sachons pardonner à notre partenaire et à nous-mêmes les colères, reproches, conflits, tensions, incompréhensions nés du difficile partage de la vie quotidienne.

 

 

Comment réechanter sa relation de couple ?

La grande spécificité du couple contemporain, d’après François de Singly[14], est qu’il se construit sur un projet partagé, celui d’être « libres ensemble ». Mais dans une société favorisant les solutions rapides, la satisfaction instantanée, les résultats sans effort, les recettes infaillibles et les assurances tous risques (speed dtaing, site internet de rencontre,…) … si tout à coup la passion s’éteint, change de niveau, si les sentiments s’égalisent, les gens se séparent et recherchent d’autres partenaires, afin de se replonger dans le bain bouillonnant de l’amour passion.

Cela provoque, chez des être fragile, l’idée que l’amour, c’est vivre en état d’emprise, voire d’addiction. La quête de la passion remplace celle de la liberté et de l’équilibre. Le goût de la dépendance est préféré à la sérénité et à la véritable connaissance de l’autre.

L’amour vrai demande patience, persévérance, lucidité et lâché prise : toutes qualités qui se travaillent. L’amour vrai est à construire, c’est un effort. qui rend au centuple ce qu’il a reçu[15].

 

Une Carte Cadeau pour une séance de coaching : un beau cadeau à faire et à se faire !

 

Carte Couple

Comment sortir de la routine et donner un nouvel élan à une relation amoureuse ? Comment retrouver du temps pour le couple lorsqu’on est aussi des parents ? Comment être heureux à deux et ne pas passer à côté de l’essentiel ?

Je n’ai pas de baguette magique mais je connais les stratégies à mettre en place pour se préserver du pire et garder le meilleur.

Parce que l’amour n’a pas une obsolescence programmée, en offrant ce cadeau à ton compagnon ou à ta compagne, tu lui prouves que votre relation est essentielle à tes yeux. Si c’est une amie ou une parente qui s’est confiée à toi, tu peux l’aider à pacifier son couple.

Dépoussiérer sa relation de couple ne demande pas de gros efforts, plutôt de petits changements. Mais les retombées sont immédiates : une relation mieux soignée s’embellit à vue d’œil !

 

Sources :

[1] En 2017 : 46,7 % des mariages, 42% des PACS, source INED http://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/mariages-divorces-pacs/divorces/

[2] http://www.seductionbykamal.com/gerer-couple-guide

[3] Cette image de saisonnalité a été utilisée par Gary Chapman dans son livre Les saisons du mariage (2006). Gary Chapman est un auteur, conseiller conjugal, pasteur et conférencier américain spécialiste du mariage et de la famille. Son best-seller, Les langages de l’amour publié en 1992, a été vendu à plus de 5 millions d’exemplaires et traduit en 38 langues.

[4] Denis Sonet, né en 1926 est un prêtre catholique, aumônier puis formateur de conseillers conjugaux et d’éducateurs au CLER Amour et Famille depuis 1969 et auteur de nombreux ouvrages sur la vie sexuelle et affective dont Réussir notre couple : Quand l’amour se joue de la différence, 2010.

[5] http://www.couple-et-parents.fr/aimer-etre-amoureux/

[6] http://www.psychologies.com/Moi/Epreuves/Souffrance/Articles-et-Dossiers/Faire-face-aux-difficultes-de-la-vie/Faire-face-a-la-crise-de-couple

[7] Christophe Fauré, Le couple brisé

[8] Christophe Fauré, Est-ce que tu m’aimes encore ? Se reconstruire après l’infidélité

[9] Jacques Salomé méthode ESPERE (Energie Spécifique Pour une Ecologie Relationnelle Essentielle – ou à l’Ecole)

[10]http://fr.wikipedia.org/wiki/Un_gars,_une_fille (série_télévisée,_1997)

[11] http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/la-famille/le-couple/371670-vivre-et-aimer-week-ends-couples/

[12] http://couple.parcoursalpha.fr/

[13] Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies

[14] François de Singly est un sociologue français. Libres ensemble. L’individualisme dans la vie commune (2000)

[15] http://chezxavier.free.fr/reflexions14.htm#mars

[16] Jacques Salomé, Éloge du couple

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

[…] à poser des questions ouvertes, mais que l’on est malgré tout capable d’établir une relation positive et authentique, il ne faut pas […]