émotions

Les émotions
s’en servir au lieu de les subir

Coaching – Psycho

3 mai 2022

Les émotions sont des réactions transitoires intenses, souvent plus fortes que nous. Or même désagréables, les émotions sont nos alliées. L’enjeu est de les laisser s’exprimer, sans les laisser nous contrôler. 

 

Qu’est-ce que l’émotion ?

 

Le mot « Émotion »  provient de l’ancien français « motion »,  signifiant mouvement. Il désigne une réaction transitoire, plutôt intense, vécue aussi bien au niveau du corps que de l’affect (plaisir / douleur). L’émotion est dictée par un stimulus, un déclencheur, qui peut aussi bien provenir de notre environnement que de nos pensées.

 

L’émotion : aussi bien dans le corps que dans la tête

 

L’émotion se manifeste donc aussi bien physiquement que mentalement. Elle est souvent plus forte que nous et difficilement contrôlable. Par exemple, quand on doit prendre la parole en public, la peur peut s’emparer de nous. On a alors le cœur qui s’accélère, la gorge qui se serre, la bouche sèche, on transpire, on rougit, etc.

L’intensité de l’émotion dépend de l’enjeu de la situation : parler devant un groupe d’amis n’a pas le même impact que prendre la parole devant ses collègues.

 

Environnement ou pensées à l’origine de nos émotions

 

Une émotion peut être provoquée par un stimulus extérieur. Ainsi, nous ressentons de la colère lorsque nos enfants ou notre conjoint・e laissent traîner leurs affaires. Ou nous avons du dégoût pour tel aliment. Ou encore nous sommes rempli・e・s de joie à l’annonce d’une bonne nouvelle.

Parfois, nos pensées (soucis, souvenirs) sont à l’origine d’une émotion. Par exemple, un changement professionnel nous fait peur parce que nous ne maîtrisons pas la situation et que nous avançons vers l’inconnu. Notre mental se met à fabriquer des tas de suppositions qu’il considère réelles et qui constituent un discours intérieur, que Byron Katie appelle « nos communiqués de presse » (voir la chronique que j’ai faite de son livre sur En 1 mot, mon blog littéraire).

Nos souvenirs, conscients et inconscients, peuvent aussi faire resurgir des émotions. Notre cerveau limbique enregistre toutes nos émotions depuis notre naissance, et même avant !

Ainsi, les émotions vécues pendant la période intra-utérine, quand nous étions dans le ventre de notre mère, ainsi que les mois qui ont précédé notre conception, ont une influence sur nos émotions.

 

émotions

 

Qu’est-ce que l’émotion ?

 

Le mot « Émotion »  provient de l’ancien français « motion »,  signifiant mouvement. Il désigne une réaction transitoire, plutôt intense, vécue aussi bien au niveau du corps que de l’affect (plaisir / douleur). L’émotion est dictée par un stimulus, un déclencheur, qui peut aussi bien provenir de notre environnement que de nos pensées.

 

Les émotions : aussi bien dans le corps que dans la tête

 

L’émotion se manifeste donc aussi bien physiquement que mentalement. Elle est souvent plus forte que nous et difficilement contrôlable. Par exemple, quand on doit prendre la parole en public, la peur peut s’emparer de nous. On a alors le cœur qui s’accélère, la gorge qui se serre, la bouche sèche, on transpire, on rougit, etc.

L’intensité de l’émotion dépend de l’enjeu de la situation : parler devant un groupe d’amis n’a pas le même impact que prendre la parole devant ses collègues.

 

Environnement ou pensées à l’origine de nos émotions

 

Une émotion peut être provoquée par un stimulus extérieur. Ainsi, nous ressentons de la colère lorsque nos enfants ou notre conjoint・e laissent traîner leurs affaires. Ou nous avons du dégoût pour tel aliment. Ou encore nous sommes rempli・e・s de joie à l’annonce d’une bonne nouvelle.

Parfois, nos pensées (soucis, souvenirs) sont à l’origine de nos émotions. Par exemple, un changement professionnel nous fait peur parce que nous ne maîtrisons pas la situation et que nous avançons vers l’inconnu. Notre mental se met à fabriquer des tas de suppositions qu’il considère réelles et qui constituent un discours intérieur, que Byron Katie appelle « nos communiqués de presse » (voir la chronique que j’ai faite de son livre sur En 1 mot, mon blog littéraire).

Nos souvenirs, conscients et inconscients, peuvent aussi faire resurgir des émotions. Notre cerveau limbique enregistre toutes nos émotions depuis notre naissance, et même avant !

Ainsi, les émotions vécues pendant la période intra-utérine, quand nous étions dans le ventre de notre mère, ainsi que les mois qui ont précédé notre conception, ont une influence sur nos émotions.

 

Émotions primaires

 

Voyons, parmi toute la palette d’émotions que nous pouvons ressentir, les cinq émotions primaires :

  • Joie
  • Peur
  • Tristesse
  • Colère
  • Dégoût

On y ajoute parfois la surprise. Ces émotions sont dites fondamentales parce qu’elles sont présentes dès le début de la vie et touchent tous les êtres humains, quelle que soit leur culture et leurs origines.

Ces émotions sont admirablement illustrées dans l’excellent film d’animation Vice Versa du studio Pixar.

 

 

émotion colère

 

Émotions secondaires

 

Les émotions secondaires ne sont pas moins importantes que les premières mais sont appelées ainsi car elles sont plus complexes. En effet, elles nécessitent « une véritable élaboration mentale, telle la honte, qui suppose une comparaison aux autres, ou la culpabilité qui implique un jugement de soi », explique Yves-Alexande Thalmann, auteur du livre Le décodeur des émotions.

Les émotions secondaires sont au nombre de six :

  • Mépris
  • Orgueil
  • Fierté
  • Gratitude
  • Honte
  • Culpabilité

 

Les émotions sont nos alliées

 

En examinant nos émotions primaires et secondaires, on constate que notre classeur émotionnel est essentiellement composé de ressentis… désagréables. « Si on répertorie les travaux effectués en psychologie sur les émotions et les sentiments, on en compte dix-sept fois plus portant sur des ressentis désagréables que sur des ressentis agréables », indique Yves-Alexande Thalmann.

Pourquoi ? Pour mieux identifier nos besoins et les combler plus rapidement ! En effet, les émotions nous servent à rester en vie en indiquant que nos besoins ne sont pas satisfaits. Ce sont donc nos alliées. Il s’agit de les laisser s’exprimer, sans les laisser nous contrôler. Oui, mais comment faire ? Voici deux outils de coaching et de PNL pour y arriver.

 

La roue des émotions

 

La roue des émotions est un outil de coaching qui nous ramène d’abord aux sensations corporelles, puis à l’émotion qui correspond à cette sensation et propose enfin de trouver le besoin sous-jacent à l’émotion. La dernière étape consiste à trouver le moyen de combler ce besoin.

Pour en savoir plus sur la roue des émotions et apprendre à l’utiliser, rendez-vous dans le replay de l’Atelier « Écoute de soi & émotions » proposé par Le Quart d’Heure #LQH et coanimé par Anne-Géraldine Lavielle, Marie-Elise Chateau et moi-même.

 

roue des émotions

 

 

L’ancrage PNL

 

Enfin, pour transformer une émotion désagréable, lorsque celle-ci devient gênante ou envahissante, la PNL (Programmation Neuro-Lingusitique) propose une technique dite d’ancrage. Elle consiste à associer un geste réflexe (que l’on aura choisi au préalable) à l’apparition de l’émotion que l’on souhaite transformer.

Le PDF à télécharger ci-dessous explique la technique de l’ancrage pas à pas.

Bonne pratique !

 

PDF Ancrage PNL émotions
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires