Le Yoga : Ça Commence à l’École

Forme & famille

12 fevrier, 2018

0 Partages

Il y en pour tous les goûts, du facile ou plus difficile, et pour tous les âges : les enfants, surtout les enfants, trouveront dans le yoga une réponse aux problèmes que se posent souvent leurs parents lorsqu’ils les jugent trop turbulents, pas assez concentrés ou les doigts collés sur leur console.

Le Yoga : ni religion, ni philosophie

Gymnastique douce et méthode de relaxation pour les uns, ascèse engageant toutes les forces du corps et de l’esprit pour les autres, ou encore voie spirituelle à part entière réservée à une élite d’individus, le yoga n’a pas fini de faire parler de lui.. et de voir se multiplier ses avatars jusqu’aux plus étonnants.

Ni religion, ni philosophie, le yoga désigne en fait un vaste ensemble de pratiques nées en Inde il y a 5000 ans. Son objectif consiste à réunir le corps et l’esprit.

Un peu d’histoire nous aidera peut-être à y voir plus clair. 

École de sagesse ou stratégie mentale

lLes premiers textes qui mentionnent le yoga sont les Upanisad, conçus dans des écoles de sagesse qui se sont développées en Inde au VIe siècles av. J.C. On y retrouve les notions d’immobilité, de développement des rapports entre le corps et l’esprit, et d’attention portée au souffle. Mais il faudra attendre le IIIe siècle apr. J.C. pour que le yoga trouve sa structure classique au travers des yoga sutras qui se décomposent en huit pratiques appelées « membres » : yama (code de conduite envers les autres), niyama (contraintes envers soi) asana (le calme par la posture) pranayama (utilisation de la respiration comme objet de concentration) dharana (concentration) dhyana (méditation) et samadhi (état d’union avec le dieu intérieur-âtman- ou d’absorption dans l’absolu-brahman).

Une approche un peu moins spirituelle de l’histoire du yoga voudrait que les sages hindous de l’antiquité aient tenté de développer une stratégie mentale leur permettant de mieux supporter la souffrance. Le yoga serait donc une pratique visant à faire disparaître l’égo et à accepter la douleur corporelle, à dire « oui » à « ce qui est ». Stoïcisme en Grèce, yoga en Inde : deux « thérapies » philosophiques qui ne paraissent pas tellement éloignées l’une de l’autre…

Quoiqu’il en soit, porté par la vague orientaliste qui a déferlé sur l’occident depuis le milieu du siècle dernier, le yoga est aujourd’hui solidement implanté en Occident, après s’être débarrassé de ses éléments les plus ésotériques. Pour une majorité d’occidentaux, le yoga se résume aujourd’hui au hatha-yoga qui est lui-même assez éloigné du hatha-yoga traditionnel.

 

Du yoga à l’école

Et il est particulièrement recommandé aux enfants. À ceux dont le sommeil est perturbé, à ceux qui sont hyperactifs, à ceux qui commencent à prendre du poids, à ceux qui passent un peu trop de temps devant la télé ou la console de jeux, à ceux encore qui rechignent à faire du sport. En bref, pratiquement à tous les enfants… Encore faut-il s’y prendre différemment que pour les adultes et les y convier comme à un jeu.

Il semblerait que les têtes pensantes aient compris les bienfaits du yoga pour nos petites têtes blondes (ou brunes, ne discriminons pas)) : dans les cadre des Instituts universitaires de formation des maîtres, puis des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation qui les ont remplacés, de plus en plus d’élèves instituteurs bénéficient d’un enseignement du yoga. Et le RYE (Recherche sur le yoga dans l’éducation) organisme agréé par le ministère de l’Éducation nationale et dont le but est de diffuser le yoga à l’école, commence à être débordé par les demandes. 

 

« Jouer » au yoga à la maison

 Bien enseigné par des professeurs compétents, c’est la quête d’une harmonie et ses bienfaits sont incontestables. Mais on peut aussi, surtout avec les enfants, s’initier à la maison. Position assise, musique de fond, et c’est parti pour une séance d’asana (postures) de 10 minutes qui doit rester ludique. Ne jamais forcer si l’on n’y arrive pas totalement : un yoga qui fait mal est un yoga mal fait.

  • Posture du chat et de la vache : à quatre pattes, on arrondit le dos en expirant, la tête relâchée entre les bras, puis on inspire en creusant le dos. A répéter trois fois.
  • Posture de la grenouille : allongé sur le dos, mains sur le ventre et jambes tendues, on gonfle le ventre, puis on souffle. On respire ensuite normalement en fixant un point précis pendant plusieurs minutes.
  • Posture du chien tête en bas : à quatre pattes, les fesses en l’air, comme un chien qui s’étire, les paumes des mains et les plantes de pieds touchent le sol. On inspire et on expire lentement plusieurs fois.
  • Posture du prunier : debout, on secoue sa tête, ses jambes, ses bras dans tous les sens, comme un prunier qu’on secoue pour faire tomber ses fruits.
  • Posture du cobra : allongé sur le ventre, on pose les mains, paumes sur le sol, de part et d’autre de la tête et on monte lentement le torse, les coudes collés au corps, jusqu’à ce que le haut du corps et la tête soient pratiquement verticaux. On respire plusieurs fois.
  • Posture du tigre : à quatre pattes, genoux à terre, on tend la jambe droite, puis on la plie vers le haut tout en penchant la tête vers l’arrière et en inspirant. Puis on expire en arrondissant le dos, en laissant tomber la tête et en ramenant la jambe droite au sol. Recommencer avec l’autre jambe.

Il ne s’agit là, bien entendu, que de quelques postures de base qui seront cependant bénéfiques aux enfants. Et aux parents qui les pratiqueront avec eux !

Source : Le yoga, B. Reibel et F. Schull, Collection En 1 mot, © En 1 mot, 2015

0 Partages

Barbara Reibel

Coach Feel Good, Blogueuse et Auteure

Fondatrice de The Happiness Factory

 

Commentaires

avatar
  S’abonner  
Notifier de