ACT
Acceptance and Commitment Therapy

Psycho
Connaissance de soi

11 mars 2020

La thérapie d’acceptation et d’engagement (en anglais Acceptance and Commitment Therapy), fait partie des thérapies comportementales et cognitives (TCC).

Mise au point par le psychologue américain Steven Hayes dans les années 1980, elle repose sur des techniques de contre-conditionnement, telles que la pleine conscience, et sur le renforcement positif.

L’ACT consiste à accepter les émotions négatives

L’objectif de cette thérapie n’est pas la suppression des émotions indésirables, mais leur acceptation. Il s’agit de s’ouvrir aux émotions perçues comme négatives sans les éviter ou sur-réagir. L’énergie ainsi libérée peut alors être mise au service d’actions qui enrichissent l’existence  pour permettre une vie plus en accord avec ses valeurs.

6 processus thérapeutiques

L’ACT est organisée en 6 processus thérapeutiques représentés par un diagramme nommé l’hexaflexe :

 

ACT hexaflexe

Des essais cliniques ont montré l’effet bénéfique de cette approche dans des troubles psychiatriques, dans la douleur chronique, la gestion du stress et la souffrance psychologique des patients atteints de maladie chronique.

L’ACT en résumé

Pour retenir le modèle, l’acronyme ACT peut se résumer à :

A = Accepter nos pensées et nos émotions et être présent·e

C = Choisir une direction de vie conforme à nos valeurs

T = Traduire en acte

Pour aller plus loin

Le site de Steven C. Hayes propose plusieurs exercices triés par processus thérapeutique (en anglais) : https://stevenchayes.com/my-act-toolkit/

L’article du Dr François Bourgognon, psychiatre – psychothérapeute formé à l’ACT https://www.lareponsedupsy.info/therapie_acceptation_engagement

 

Barbara Reibel

Coach Happiness, Auteure et Blogueuse

Fondatrice de The Happiness Factory

 

Commentaires

avatar
  S’abonner  
Notifier de
trackback

[…] (Acceptance and Commitment Therapy ou Thérapie d’acceptation et d’engagement, voir la définition de l’ACT sur le site Happiness Factory) et reposent d’autre part, sur l’évocation de la mort. C’est en s’appuyant […]