Plus efficace en mono-tâche

Open Mind Juillet 2018

Open Mind Juillet 2018

Open Mind Juillet 2018

FB Open Mind Juillet 2018

Et si le malaise ambiant et l’état de stress généralisé étaient en partie causés par les multiples sollicitations que nous subissons jour après jour ? Apprendre à se concentrer sur une seule chose, arrêter de vouloir tout gérer en même temps permet de se recentrer tout en gagnant en efficacité !
Extrait de The happiness factory (voir encadré)

Avant de commencer

À chaque fois que vous faites deux ou trois choses à la fois, vous êtes en mode multitâche. Pour vous rééduquer en douceur encore faut-il en prendre conscience. Pour cela, je vous propose de lire le texte qui suit.

Éteignez la musique, la télé, votre ordi, votre tablette et même votre portable. Oui, vous avez bien lu : arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire, y compris manger ou boire ! Apprêtez-vous à lire le texte page 114, sans vous arrêter. Si vous avez des pensées parasites, reprenez simplement le texte là où vous l’avez laissé.

1/ Je lis le texte suivant du début à la fin sans interruption

En lisant ce texte sans interruption, vous êtes en train de faire du « monotâche », ce que nos aïeux appelaient tout bonnement « faire une chose à la fois ». À l’origine, monotâche désigne un système informatique qui n’exécute qu’un seul programme à la fois, par opposition à multitâche qui en exécute plusieurs en même temps. L’idée de pouvoir faire plusieurs choses à la fois à la manière d’une machine est séduisante. Ne serait-ce que pour nous acquitter de nos nombreuses obligations quotidiennes. L’ennui c’est qu’il est désormais établi que le multitâche est moins performant que le monotâche. Une étude menée à Stanford sur 100 étudiants en 2009 a prouvé que ceux qui jonglaient entre leur messagerie électronique, les messages instantanés et les SMS tout en regardant la télévision, en naviguant d’un site Web à un autre et en faisant leurs devoirs, étaient moins attentifs aux informations reçues, avaient une moins bonne mémoire et étaient globalement moins performants que les étudiants qui se concentraient sur une chose à la fois. Une autre étude, parue en 2014 dans le Journal of Experimental Psychology, a révélé que seulement deux à trois secondes d’interruption – c’est-à- dire moins de temps qu’il vous faudrait pour passer de ce texte à votre courrier électronique et y revenir – suffisaient à doubler le nombre d’erreurs commises sur une tâche assignée. Pourquoi ? Parce que nos ressources neuronales ne sont pas indéfinies et elles s’épuisent à chaque fois que nous basculons d’une tâche à l’autre. Pour résumer : plus vous en faites, moins vous en faites.

Mais le multitâche est pernicieux car lorsque vous « multitâchez » avec succès, vous activez le mécanisme de récompense dans votre cerveau qui libère de la dopamine, l’hormone du bonheur. Cette poussée de dopamine vous fait tellement de bien que vous êtes persuadé(e) d’être efficace. Et c’est pourquoi il est si difficile d’arrêter le multitâche, parce que vous avez conditionné votre esprit et votre corps à ressentir cette excitation. Pour compliquer encore davantage les choses, tous nos gadgets technologiques sont conçus pour encourager un multitâche effréné. D’après une étude parue en 2016 à l’Université de California, les personnes qui exercent une activité en ligne peuvent être interrompues jusqu’à 400 fois par jour !

Il faut donc pratiquer consciemment le mono- tâche et se fixer des règles de travail et d’utilisation des outils connectés. Car lorsque nous sommes concentrés sur une seule activité et que nous progressons, le travail est plus agréable, nous sommes plus performants et nous gérons mieux nos ressources psychiques.

2/ J’installe des garde-fous

Il y a deux sources de distraction majeures dans notre vie quotidienne : les mails et les messages texte (SMS) ou instantanés (Messenger, WhatsApp…).

Lorsque vous vous concentrez sur un travail, fermez votre messagerie, désactivez les notifications textuelles ou sonores sur votre téléphone et fermez les onglets ouverts dont vous n’avez pas besoin. Réduisez aussi votre fréquence de consultation. Trouvez le créneau qui vous convient, par exemple 5 minutes au début de chaque heure ou 3 fois par jour, le matin, à l’heure du déjeuner et en fin de journée.

Cela peut vous paraître difficile au début, mais vous constaterez vite que vous gagnez beaucoup de temps et que rien de grave ne se produit parce que vous ne répondez pas immédiatement !

Si les médias sociaux sont votre plus grande distraction, vous pouvez leur appliquer les mêmes règles. Il existe des applications qui bloquent vos médias sociaux et même vos mails et messages sauf pendant certains moments de la journée.

Pour Finir

Alors, comment avez-vous « géré » ? Était-ce un exercice facile ou difficile pour vous ? Étiez-vous plongé(e) dans la lecture ou sans cesse distrait(e) par des pensées parasites ?

Vous pouvez aussi utiliser cet espace pour noter vos idées ou vos impressions de la journée.

———————————————————————————————————–

———————————————————————————————————–

———————————————————————————————————–

———————————————————————————————————–

———————————————————————————————————–

À lire

En 28 étapes, réparties en 21 exercices ludiques et 7 jours de pause, Barbara Reibel, coach diplômée et créatrice du site thehappiness-factory.com propose une méthode simple et efficace pour mettre en œuvre les changements que nous voulons voir arriver dans notre vie. Chaque exercice engage tantôt le corps, tantôt le mental et peut être réalisé en quelques minutes ou en un quart d’heure maximum. Pratique quand la vie quotidienne est surchargée !

The happiness fatory, Barbara reibel, Hugo New Life, 14,95 €